Midnight Special

Partagez

Pipasrei
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 6549
Age : 30
Jeu(x) du moment : Atelier Iris, Virtua tennis 2
Date d'inscription : 24/01/2007

Midnight Special

Message par Pipasrei le Mar 22 Mar 2016 - 9:54

Midnight Special est un film que j’ai découvert par hasard pour le printemps du cinéma. J’ai plutôt apprécié le film pour son ambiance, sa poésie, mais les maladresses du film font aussi beaucoup de tords au film. Dommage à quelques détails près, j’aurai pu trouvé le film très bon.


wikipédia a écrit:Roy et son fils de huit ans, Alton, sont en cavale, accompagnés de Lucas, un ami policier, depuis que le père souhaite le soustraire de l'emprise d'une secte qui le considère comme un sauveur en raison de ses pouvoirs surnaturels. Le FBI et la NSA traquent également l'enfant qu'ils considèrent comme une menace.


Le film s’ouvre sur une scène d’excellente qualité qui laisse envisager le meilleur tant sur la mise en scène, les petits soucis du détail, la tension, et le mystère qui plane au dessus d'Altone. D’ailleurs, selon les dires du réalisateur Jeff Nichols, le film a été construite autour de cette séquence.

Mais plus le film avance, plus le film multiplie les questions sans en donner les réponses. Si au début du film, cela donne un certain charme à Midnight Special, cela devient pénible vers la moitié du film.
Au bout d’un moment, ce mystère devient une sorte de running gag où un personnage va découvrir quelque chose, mais dévoilera un brin d'intrigue trois scènes plus tard... (voire pas du tout).
A mon avis, le réalisateur lui-même n’a pas les réponses… On sent clairement que le film a été construit à travers plusieurs séquences fortes, et que le réalisateur a brodé autour pour boucher une partie des trous sans se poser plus de questions.

Bien que je ne demande pas la résolution complète du film, et que j'aime l'idée d'un mystère qui plane pour laisser libre à notre imagination, il me semble aussi parfois nécessaire d’apporter des réponses quand celle-ci on visiblement eu une solution, plutôt que de naviguer à vue en espérant que personne ne remarque rien.

Spoiler:
Comme par exemple, comment l’agent de la NSA a comprit la destination du jeune garçon. Il regarde le tableau, il entoure 2 chiffres, et l’éclair de génie apparaît. Pourquoi vouloir laisser entrevoir ici un mystère avec une résolution trouvée, mais sans aucune explication ?
Pareil, comment Altone et l’agent de la NSA ont pu s’évader d’un lieu sécurisé par le FBI. Parce que bon, une panne de courant, ça fait un peu léger quand même…

Et des exemples de ce genre, il y en a plusieurs dans le film.

En revanche, certaines réponses dévoilées sont tellement évidentes qu’elles n’étaient pas forcément justifiables (comme le métier de Lucas).

Si le mystère s’avérait être le seul problème du film, cela ne m’aurait pas chagriné, mais certaines thématiques dont la relation père-fils, et la « maladie infantile » demeurent à mon goût survolés, voire parfois ratés.
Sur quelques séquences, la relation père-fils ressort bien, mais Jeff Nichols offre ici un mauvais dosage également entre fidèle aveugle et être supérieur. Même si le thème de la foi est abordé (notamment à travers la secte), ce mélange casse parfois tout empathie et crédibilité.
Bien sur, je ne dis pas non plus qu'il y a une incompatibilité entre père-fils / fidèle-divinité, juste que dans le cas présent, ça ne marche pas toujours bien
Récemment dans les films "métaphoriques" sur les 2 thèmes du dessus, j'ai trouvé le titre « Maggie » bien plus efficace, juste et touchant.
Ironiquement, le personnage de Lucas qui a peut-être le moins sa place dans le film, et celui qui reste le plus crédible, et le mieux joué. Tous les autres personnages restent dans la même nuance, alors que le personnage de Lucas se démarque réellement.

Ceci dit, le film offre des séquences fortes à travers sa mise en scène, sa poésie, et une bande son qui accompagne bien le film.
Midnight Special arrive à m'évoquer Akira en proposant un enfant à travers un look anti-charismatique au possible, et qui pourtant impose son charisme à travers certaines scènes.
Visuellement, même si les effets spéciaux restent relativement classiques, le jeu de lumière autour de la mise en scène en général et les effets spéciaux offrent un véritable cachet au film.


Conclusion
A mi chemin entre un E.T., ou rencontre du 3ème type, Midnight Special est un road movie agréable, qui possède un certain charme, mais qui souffre de maladresses évidentes ne permettant pas d'égaler le génie de Spielberg, Night Shyamalan ou d'un Carpenter.


Dernière édition par Pipasrei le Mar 22 Mar 2016 - 11:00, édité 1 fois

Jimeo
Webmestre
Webmestre

Masculin Nombre de messages : 5234
Age : 36
Jeu(x) du moment : Rocket league
Date d'inscription : 21/10/2006

Re: Midnight Special

Message par Jimeo le Mar 22 Mar 2016 - 10:51

Tu confirmes ce que je lis un peu partout : Ce film est une déception. Faut dire que vu la qualité de ces précédents films, il semblait presque logique de s'attendre à une petite pépite. Dans tout les cas, j'irais le voir mais il ne fait plus parti de mes priorités. En tout cas, bonne critique et merci pour les balises spoiler Smile

    La date/heure actuelle est Ven 24 Fév 2017 - 2:17